No results

RTD vs. Thermocouples : Ce qu’il faut savoir pour valider les procédés biopharmaceutiques

RTD vs. Thermocouples : Ce qu’il faut savoir pour valider les procédés biopharmaceutiques

Vous avez le choix entre les sondes RTD et les sondes thermocouples ? Découvrez la différence entre les deux solutions et les avantages qu'elles peuvent vous apporter.

Thomas W. Flanagan

Lorsqu’il s’agit de valider, de qualifier et de contrôler vos procédés biopharmaceutiques, il est important de comprendre les différences entre les détecteurs de température à résistance (RTD) et les thermocouples. Chacun présente des avantages et des inconvénients, c’est pourquoi le choix de la sonde peut s’avérer crucial.

Dans cet article, nous allons explorer les différences pour vous aider à prendre une décision. Pour en savoir plus, téléchargez notre livre blanc gratuit, « 6 différences clés entre les sondes RTD et les sondes thermocouples ».

Plage de mesure et exactitude

Les RTD sont très précis, généralement de ±0,05 à ±0,1 °C, ce qui est idéal pour les mesures en dessous de 500 °C. En revanche, les thermocouples ont une plage de température plus large, allant jusqu’à 1400-1800 °C, mais avec une exactitude légèrement inférieure de ±0,2 à ±0,5 °C, ce qui convient aux process qui nécessitent une plage de température plus large.

Sensibilité et dérive

Les RTD réagissent rapidement aux changements de température. Ils maintiennent également des relevés stables sur de longues périodes grâce à une faible dérive dans le temps.

Les thermocouples, en revanche, sont très sensibles au point de contact et peuvent mettre plus de temps à atteindre l’équilibre thermique. Un étalonnage régulier est nécessaire en raison d’un risque de dérive plus important, causé par des facteurs tels que la chaleur, les produits chimiques et les contraintes mécaniques.

Mesures en un seul point

Les thermocouples fournissent des mesures précises au point de soudure exact des métaux, tandis que les RTD calculent des moyennes le long de la surface de l’élément en platine (PT). Les RTD de grande taille peuvent donc rencontrer des difficultés avec cette méthode, car leur surface est plus grande. Cependant, les petites sondes RTD, comme les éléments PT1000 que l’on trouve dans les capteurs embarqués d’Ellab, permettent de pallier ce problème.

Considérations relatives au coût

En termes de coût, les thermocouples sont généralement plus économiques, leur prix variant entre la moitié et le tiers de celui des sondes RTD. Toutefois, il est important de noter que les thermocouples nécessitent des ajustages et des étalonnages fréquents, ce qui entraîne des coûts supplémentaires à long terme.

Les RTD, bien que plus chers au départ, offrent une excellente stabilité et nécessitent moins d’activités de maintenance. Une étude d’Ellab a montré que l’utilisation de sondes RTD et de capteurs embarqués est beaucoup plus économique sur une longue période, car ils nécessitent moins d’étalonnages, de réparations et de remplacements, et sont plus rapides à mettre en place.

La mise en place de l'ensemble

Le choix de la bonne sonde de température dépend de différents facteurs. Si l’exactitude, la stabilité et la répétabilité sont essentielles pour votre application, les RTD sont probablement le meilleur choix. Cependant, si vos process nécessitent une plage de température plus large, des temps de réponse plus rapides et la possibilité de mesurer des points spécifiques, les thermocouples sont probablement la meilleure solution.

Pour découvrir plus en détails les différences entre les RTD et les thermocouples et prendre une décision éclairée, nous vous invitons à télécharger notre livre blanc gratuit.

Téléchargez notre livre blanc GRATUIT aujourd’hui :

6 différences clés entre les sondes RTD et les sondes thermocouples

As-tu une question?

As-tu une question?